navigation

Croissance: Une perte prévisible de 0,7% du PIB en raison des intempéries 30 avril, 2010

Posté par zenatanews dans : Actualités nationales,Economie , trackback

  »Le Maroc connaîtrait une croissance négative évaluée à 0,7% du PIB, due essentiellement à l’impact des intempéries sur l’économie« , selon le bulletin d’information N°17 du mois d’avril du Centre marocain de conjoncture (CMC)

 Evoquant les changements climatiques qui ont affecté plusieurs pays, dont le Maroc qui n’a pas été épargné, comme en témoignent les importantes inondations enregistrées au cours du mois de février dernier, le CMC s’est proposé de procéder à une première évaluation de l’impact des dernières inondations qu’a connues le Royaume sur les flux économiques et les performances des activités de production.

  »Il s’agit plus précisément d’approcher avec une marge d’erreur acceptable, compte tenu de la complexité du phénomène extrême étudié et de ses multiples interférences, la perte économique occasionnée par les inondations tant au plan du capital productif que des flux de production de l’année en cours« , a-t-on expliqué, précisant que les pertes en vies humaines, les dommages infligés aux écosystèmes et la dégradation du capital naturel s’avèrent difficiles à estimer économiquement.

 Les estimations effectuées se limitent, par conséquent, aux seules pertes en capital directement productif affecté par les inondations, ainsi qu’aux pertes en production et de valeurs ajoutées au niveau des différents secteurs d’activité pour déboucher sur une évaluation globale en termes de PIB.

 Rappelant les dommages causés dans différents secteurs économiques et d’infrastructures de production et se basant sur les montants alloués pour leur aménagement ou leur remplacement, le CMC note que l’estimation des pertes subies de capital fixe en travaux publics devrait avoisiner les 730 millions de DH.

 En ce qui concerne le bâtiment, les inondations ont provoqué des dommages sérieux au niveau des constructions pour usage d’habitation et ont fait perdre en partie ou en totalité les logements d’environ 4.900 ménages.

 On estime ainsi que 2650 habitations précaires construites dans leur majorité en pisée ont été totalement détruites.

  »Les estimations des pertes en capital pour le secteur agricole s’élèvent à un montant brut atteignant 132,5 millions de DH« , a-t-on ajouté.

 Au total, la consolidation des évaluations effectuées pour l’ensemble des secteurs les plus sinistrés porte ainsi les pertes en stock de capital à un montant global avoisinant 1,2 Milliard de DH.

 La perte du secteur agricole évaluée en termes de valeur ajoutée a été approchée par type de culture et par produit d’élevage sur la base des informations fournies par le Département de l’agriculture, en utilisant les structures des comptes agricoles détaillés et les normes de référence correspondant à une campagne agricole moyenne.

  »Selon cette approche, les pertes subies au niveau de la production du secteur agricole s’élèveraient à environ 5,2 milliards de DH, soit 5,8% de la production totale du secteur« , a poursuivi le bulletin.

 Cette baisse devrait se répercuter d’une façon proportionnelle sur la valeur ajoutée agricole et ferait fléchir cet agrégat en comparaison avec l’année 2009 de 7,6% au lieu de 4,3% avancé comme prévision par le CMC avant les inondations. 

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

kabylesnet |
John Cena |
RCD-TIMIZART |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une plume et de l'encre
| Actualités du Maroc et du m...
| Burkina