navigation

Ligue 1: Marseille, c’est déjà l’état d’urgence ! 15 août, 2010

Posté par zenatanews dans : Sport , trackback

 C‘est déjà l’état d’urgence à Marseille, entre la défaite à Valenciennes (3-2), la deuxième en autant de matches du Championnat de France, et l’ambiance délétère autour des imbroglios sur les transferts, notamment le bras de fer de Ben Arfa et les incertitudes autour d’un renfort offensif.

 Après le titre de champion de France en mai, Didier Deschamps avait sûrement pensé qu’il allait pouvoir construire sur la vague de sa réussite pour sa première saison. Seulement, depuis quelques jours, l’entraîneur déchante.

  »Les derniers événements ont conditionné l’attitude et l’environnement des joueurs », a déploré le technicien olympien, qui a mis notamment en cause « l’attitude de +Mamad+ » Niang, son capitaine, dont le départ à Fenerbahçe a été officialisé samedi soir. Niang avait les pieds à Valenciennes mais déjà la tête en Turquie…

 Pour se remettre d’aplomb, l’OM, au bord de la crise de nerfs, doit vite retrouver du calme, pacifier un vestiaire au climat empoisonné par le gréviste Ben Arfa et les incertitudes sur les ambitions du club. Ensuite, il sera temps de régler des insuffisances criantes apparues dans le jeu.

 Ben Arfa est le dossier numéro un. Et sûrement pas le plus simple. Décidé à rejoindre Newcastle, l’auteur du but mercredi des Français face à la Norvège (2-1) a boycotté le déplacement à Valenciennes. Dans l’édition dominicale de l’Equipe, il a également reproché aux dirigeants de Marseille de « se foutre de sa gueule » et assuré qu’il ne pouvait plus travailler avec Didier Deschamps par manque de confiance.

 Après de tels propos, la paix semble difficile à obtenir. D’autant plus que libérer Ben Arfa (63 matches et 9 buts en Championnat de France) passerait pour un aveu de faiblesse alors que Deschamps a déjà dû accepter, sous la contrainte, de se séparer de Niang.

 Dans ces deux affaires, c’est toute la gestion de l’OM qui est en cause. Et Pape Diouf de remarquer, sur Orange Sport, qu’à l’époque où il était président « les joueurs disaient: +avec le président il ne faut pas tenter le bras de fer car on va le perdre+ ».

 Comme un coup de pied de l’âne, Diouf ajoute: « Et aucun joueur, si jamais je devais revenir, n’aurait raison puisque le bras de fer n’est possible de la part du joueur que si les dirigeants n’ont pas été clairs ou nickels« . Or pour Ben Arfa qui menace de mettre sa « carrière entre parenthèse », c’est justement le respect de la parole des dirigeants qui est en cause.

 Sans Niang (100 buts, dont 71 en 1re division) voire Ben Arfa, l’OM doit s’activer encore davantage pour recruter. Une offre de 13 millions d’euros plus un bonus de 2 millions a ainsi été faite pour Fabiano. Mais l’opération risque de capoter: Séville ne semble pas vouloir vendre son international brésilien.

 A l’OM, il semble que si le plan A ne fonctionne pas, un plan B a été prévu avec le Russe Roman Pavlychenko de Tottenham (Premier League). Voire même un plan C avec le Niçois Loïc Rémy. « Je pense que nous allons arriver au plan W », a ironisé, Deschamps visiblement de plus en plus agacé.

 Une chose est sûre pour Deschamps, Marseille, qui attend avec impatience le retour de ses blessés (Diawara, Mbia) et suspendu (Brandao) a un vrai besoin de se renforcer. Et pas seulement en attaque! L’actuelle seule recrue, le défenseur latéral Espagnol César Azpilicueta, n’a pas franchement convaincu.

afp.com

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

kabylesnet |
John Cena |
RCD-TIMIZART |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une plume et de l'encre
| Actualités du Maroc et du m...
| Burkina