navigation

Baisse du chômage en Algérie : des chiffres trompeurs ! 21 décembre, 2010

Posté par zenatanews dans : Economie , trackback

 Les chiffres brandis récemment par le gouvernement concernant le recul du chômage en Algérie ne traduisent nullement la réalité de l’emploi dans notre pays. Selon une étude de Carnegie Moyen-Orient, le chiffre flatteur de 10, 2% de chômeurs en Algérie cache une réalité plus mitigée, et beaucoup plus amère. 

 En effet, cette enquête menée par Lahcen Achy, professeur à l’Institut national de statistique et d’économie appliquée (INSEA) de Rabat et chercheur au sein du cabinet Carenegie, a dévoilé les véritables facettes du marché de l’emploi au Maghreb. En Algérie, c’est la baisse de la fécondité et la faible participation des femmes qui ont réduit considérablement la pression sur le marché du travail.

 Ce sont ces deux indicateurs socio-économiques qui expliquent la baisse du chômage dans notre pays. Mais cette baisse demeure un leurre car dans la réalité, les jeunes Algériens, notamment les jeunes diplômés, n’ont jamais subi aussi cruellement le chômage que durant ces dernières années. 

 L’étude de Carnegie Moyen-Orient nous apprend d’abord que le taux d’activité dans la population totale âgée de 15 et plus est très bas en Algérie. Alors qu’il se situait à 48,1% en 2001, ce taux ne dépasse guère aujourd’hui les 41 % ! « Ailleurs, ces ratios peuvent atteindre jusqu’à 70% :  65% en Amérique latine, 69% en Asie du Sud-est et 73% en Asie de l’Est et le taux moyen au niveau mondial se situant à 64% », souligne cette étude.

 A ce sujet, l’étude de Carnegie avance comme explication à ce recul des taux d’activité, le faible niveau de participation des femmes. En Algérie, les femmes ne représentent que 14 % de la part des personnes actives alors qu’elles étaient plus de 17 % dix ans tôt !

 Par ailleurs, le chômage des jeunes âgés de 15 à 29 ans reste très élevé en Algérie, comme partout ailleurs au Maghreb. D’ailleurs, le chômage des jeunes de cette tranche d’âge s’est établi dans notre pays à 21,5 %. En plus, la qualité des emplois offerts à ces jeunes « ne sont le plus souvent pas adaptés aux qualifications de ces jeunes, en tout cas pas à leurs attentes », indique-t-on. 

 Les jeunes diplômés sont également la catégorie la plus exposée aux affres du chômage en Algérie. Selon l’étude de Carnegie Moyen-Orient, le chômage de ces jeunes a augmenté dans notre pays de 10% en 2001 à plus de 20 % depuis 2008. Paradoxalement, ce sont les jeunes « non éduqués » qui souffrent le moins au Maghreb puisque leur taux de chômage est inférieur à 5 % dans les trois pays maghrébins, Algérie, Maroc et Tunisie. 

 A la lecture de cette étude, il apparaît qu’il  est impératif que les politiques publiques en Algérie se penchent sur la qualité des emplois plutôt que leur quantité. Et aujourd’hui plus que jamais, il est plus que nécessaire de revoir les critères que l’Office National de Statistiques (ONS) utilise dans la définition du chômage.  

ZN

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

kabylesnet |
John Cena |
RCD-TIMIZART |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une plume et de l'encre
| Actualités du Maroc et du m...
| Burkina