navigation

Avec le Nobel de chimie, Daniel Schechtman tient enfin sa revanche 11 octobre, 2011

Posté par zenatanews dans : Non classé , trackback

 Le lauréat du Prix Nobel de chimie 2011, l’Israélien Daniel Shechtman, qui a trouvé sa vocation scientifique dans la lecture de Jules Verne, a dû batailler des années contre le scepticisme de ses pairs pour faire reconnaître sa découverte des quasi-cristaux.

  »Après avoir lu +l’Ile mystérieuse+, que j’ai lu 25 fois étant enfant, je me suis dit que c’était ça la meilleure chose que l’on puisse faire. L’ingénieur dans le livre connaît la mécanique et la physique et crée toute une vie sur l’île à partir de rien« , confiait-il dans une interview publiée en avril par le quotidien israélien Haaretz.

 Né il y a 70 ans à Tel Aviv, Daniel Shechtman est issu de la deuxième vague d’immigration juive en Palestine, avant la Première Guerre mondiale, où ses grands-parents fondent une imprimerie réputée.

 Ses études achevées en 1972, il part pour un post-doctorat aux Etats-Unis, où il travaille pour l’aviation américaine.

 Il se voit ensuite proposer un poste prestigieux, qu’il décline pour rejoindre le Technion –la plus ancienne université d’Israël ainsi que le centre de recherche le plus réputé du pays en sciences et technologies– à Haïfa (nord).

  »Je suis un sioniste et j’essaye de faire beaucoup pour le bien d’Israël« , explique-t-il alors pour justifier sa décision.

 C’est pourtant aux Etats-Unis, au sein de la célèbre université Johns Hopkins, que Daniel Shechtman fait la découverte qui va bouleverser sa vie et la science des cristaux.

 Alors qu’il est simplement censé travailler sur les alliages légers destinés à l’industrie aéronautique, le matin du 8 avril 1982, il observe, grâce à son microscope électronique, dans un alliage d’aluminium et de manganèse, des motifs symétriques totalement inconnus.

 Mais il se heurte immédiatement au scepticisme, voire aux sarcasmes de ses collègues.

 « Je disais à quiconque voulait m’entendre que j’avais trouvé une matière avec une symétrie pentagonale. Les gens se moquaient de moi« , a-t-il raconté au Haaretz.

 Cette découverte « très controversée » était considérée aussi « impossible que de fabriquer un ballon à l’aide uniquement de morceaux de forme hexagonale alors qu’il faut également des pentagones », a expliqué le comité Nobel.

 Un jour, le directeur administratif de son groupe de recherche vient voir Daniel Shechtman pour lui demander de quitter le groupe parce qu’il « jette le discrédit » sur l’équipe.

 Il quitte les Etats-Unis pour retourner au Technion à la fin de 1983 et continue à défendre ses découvertes en Israël, mais ne trouve comme soutien que le professeur Ilan Blech, de la faculté de Sciences de la matière du Technion, qui lui propose de collaborer avec lui.

 Après de nombreuses tentatives, il parvient à faire paraître un article sur sa découverte dans une revue de physique en novembre 1984. La publication fait sensation dans la communauté scientifique et il reçoit de nombreux appels de collègues dans le monde qui valident les résultats de ses expériences.

 Mais la communauté scientifique continue à rejeter ses conclusions, notamment sous l’influence de Linus Pauling, double lauréat du prix Nobel en chimie et pour la paix.

 Lors de conférences houleuses, Linus Pauling proclamait: « Danny Shechtman raconte n’importe quoi. Il n’y a pas de quasi cristaux il n’y que des quasi scientifiques« , se souvient-il.

 Mais le tournant se produit en 1987 lorsqu’il présente des photos aux rayons X lors d’une conférence en Australie. La communauté scientifique abandonne peu à peu ses réticences pour reconnaître la validité de sa découverte.

 Daniel Shechtman reçoit par la suite de nombreuses distinctions, aussi bien en physique qu’en chimie, disciplines dans lesquelles son nom est régulièrement cité pour le prix Nobel.

AFP

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

kabylesnet |
John Cena |
RCD-TIMIZART |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une plume et de l'encre
| Actualités du Maroc et du m...
| Burkina