navigation

Syrie: l’ultimatum arabe a expiré, des milliers de Syriens dans les rues 25 novembre, 2011

Posté par zenatanews dans : Monde , trackback

 Des milliers de Syriens ont manifesté vendredi, les uns pour dénoncer le régime et soutenir les déserteurs de l’armée, les autres pour conspuer l’ultimatum de la Ligue arabe sur l’envoi d’observateurs en Syrie, qui a expiré sans réponse de Damas.

 La Syrie s’expose désormais à des sanctions économiques arabes mais bénéficie toujours du soutien appuyé de Moscou. En revanche, le chef de la diplomatie turque, Ahmet Davutoglu, a jugé que cet ultimatum constituait « une dernière et nouvelle chance » à saisir pour Damas.

 Sur la page Facebook « La Révolution syrienne contre Bachar al-Assad », les militants pro-démocratie ont appelé à manifester en « ce vendredi pour que l’Armée syrienne libre (ASL) protège la révolution pacifique ».

 L’ASL, dont le chef Riad al-Assaad est basé en Turquie, a revendiqué ces derniers jours une série d’attaques meurtrières contre l’armée régulière chargée de réprimer par la force la révolte entamée il y plus de huit mois.

 Comme chaque vendredi depuis la mi-mars, les Syriens ont manifesté par milliers après la prière hebdomadaire, en particulier dans les provinces de Homs (centre), Idleb (nord-ouest) et Deraa (sud), ainsi qu’à Deir Ezzor, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) et les Comités locaux de la coordination (LCC).

 Les forces de sécurité ont de nouveau tiré pour disperser la foule et ont parallèlement poursuivi leurs opérations à la recherche de militants.

 Selon l’OSDH, les forces de l’ordre ont tué au moins six civils vendredi: trois dans la province de Homs, un autre à Deir Ezzor, un autre à Jassem (sud) et un adolescent de 16 ans dans la région de Damas.

 L’agence officielle syrienne Sana a de son côté fait état d’immenses manifestations de partisans du régime à Damas et Alep (nord) pour dénoncer les menaces de la Ligue arabe contre la Syrie.

 Sana a aussi fait état de deux morts parmi les forces de sécurité pendant le désamorçage d’une bombe à Hama (centre), où trois autres bombes ont explosé sans faire de victimes.

 Jeudi, plus de 50 personnes -13 civils, 23 membres des forces de l’ordre et 15 déserteurs- avaient péri dans des violences, selon l’OSDH, basée au Royaume-Uni.

 Dans un rare communiqué cité par Sana, le commandement de l’armée syrienne a confirmé vendredi la mort de 10 militaires, dont six pilotes, dans une attaque la veille revendiquée par l’ASL. La multiplication de ce type d’accrochages soulève les craintes de voir le pays sombrer dans la guerre civile.

 Depuis le déclenchement de la révolte le 15 mars, la répression a fait plus de 3.500 morts selon l’ONU, et des dizaines de milliers de personnes ont été arrêtées.

 Réunis jeudi au Caire, les ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe avaient donné moins de 24 heures à Damas pour accepter l’envoi d’observateurs, sous peine de sanctions. « Jusqu’à maintenant, nous n’avons toujours aucune réponse du gouvernement syrien« , a déclaré à l’AFP un diplomate arabe après l’expiration du délai.

 Les ministres arabes des Finances doivent se réunir samedi pour discuter d’éventuelles sanctions, qui pourraient ensuite être soumises dimanche aux ministres des Affaires étrangères des pays arabes.

 Alors que l’économie syrienne est déjà affectée par les sanctions européennes et américaines, des mesures de rétorsion économiques arabes risqueraient d’étouffer la Syrie, dont la moitié des exportations et près d’un quart des importations se font avec les pays arabes.

 Longtemps réticente à toute internationalisation de la crise syrienne, la Ligue arabe a aussi décidé jeudi d’appeler l’ONU à « prendre les mesures nécessaires pour appuyer les efforts de la Ligue arabe ».

 Moscou a de son côté réaffirmé son soutien au régime de Bachar al-Assad: « A ce stade, nous avons besoin non pas de résolutions, de sanctions ou de pressions, mais d’un dialogue intersyrien« , a insisté un porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

 Paris a de nouveau défendu l’idée de créer des couloirs humanitaires en Syrie, expliquant qu’il fallait « sauver des vies ». La France avait proposé mercredi ces couloirs, annonçant son intention d’en saisir l’Union européenne, l’ONU et la Ligue arabe.

 Le Comité de l’ONU contre la torture a dénoncé vendredi des « violations flagrantes et systématiques des droits » de l’Homme en Syrie ainsi que leur « impunité ».

 Claudio Grossman, qui dirige le panel des 10 experts du Comité, s’est dit préoccupé en particulier par des informations sur des tortures et des mutilations infligées à des enfants, ainsi que par des « exécutions extrajudiciaires, sommaires et arbitraires ».

 Le Comité a demandé au gouvernement syrien de présenter un rapport le 9 mars sur les mesures prises pour garantir le respect de la Convention contre la torture.

AFP

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

kabylesnet |
John Cena |
RCD-TIMIZART |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une plume et de l'encre
| Actualités du Maroc et du m...
| Burkina