navigation

Said Ibrahim: « Casablanca dispose de tous les atouts pour être la meilleure plateforme financière vers l’Afrique » 7 février, 2012

Posté par zenatanews dans : Economie , trackback

La métropole marocaine de Casablanca dispose de tous les atouts pour devenir la meilleure plateforme financière vers l’Afrique, a déclaré mardi le Directeur général du Moroccan Financial Board (MFB), M. Said Ibrahim.

Le MFB ambitionne de présenter l’offre Maroc et montrer les atouts de Casablanca pour accueillir les investisseurs internationaux, qui s’intéresse au continent africain, en particulier la région nord-ouest de l’Afrique, a dit M. Ibrahimi dans un entretien à la MAP en marge de sa participation au forum international sur les services financiers, City Week 2012, qui se tient actuellement à Londres.

Il s’agit d’un forum qui concerne toute la communauté financière internationale, a-t-il fait observer, soulignant qu’il est important pour la place financière marocaine d’être présente lors de ce rendez-vous de haut niveau.

Le message à adresser à la communauté financière internationale réunie à Londres est que Casablanca est la meilleure plateforme financière vers cette région prometteuse, a-t-il dit, relevant que la région africaine demeure d’une grande importance, mais reste toutefois mal connue par les investisseurs anglo-saxons.

Rappelant que toute place financière qui souhaite s’imposer doit reposer sur des ingrédients clefs, notamment la gouvernance, la stabilité du pays, le système régulateur, les infrastructures et la connectivité, le Directeur général du MFB a souligné que le Maroc réunit toutes ces conditions.

Le Maroc jouit grâce à la Monarchie d’une stabilité politique exemplaire et reconnue, a-t-il dit, soulignant que le Royaume jouit également d’indicateurs macroéconomiques extrêmement solides, avec un déficit budgétaire contenu, une dette publique faible et une inflation inférieure à 2% en moyenne durant la dernière décennie.

Le Maroc s’est également engagé dans une politique d’ouverture sur le plan international, avec la conclusion d’accords de libre-échange avec plusieurs partenaires (Etats-Unis, Union européenne, Turquie, pays arabes ), a-t-il rappelé, précisant que cette ouverture permet au Maroc d’offrir un accès à un marché estimé à plus d’un milliard de personnes.

Le Maroc dispose en outre d?une régulation financière d’un niveau international, a-t-il dit, soulignant l’importance des réformes du secteur financier entreprises durant la dernière décennie par le ministère des finances ainsi que par la banque centrale.

Ces réformes ont porté leurs fruits, a-t-il fait observer, soulignant que les institutions financières internationales reconnaissent le succès du Maroc, qui a eu le Benchmark du Fonds Monétaire International en matière de systèmes de régulation financière dans la région.

Le Maroc a également été doté d’infrastructures d’un niveau mondial (ports, aéroports, télécommunication, autoroutes ), a-t-il ajouté, notant que le Royaume offre également la meilleure connectivité aérienne dans la région.

Par rapport aux pays concurrents, le Maroc se distingue par d?autres atouts tout aussi importants, en particulier un secteur bancaire très dynamique et présent avec force en Afrique, couvrant plus d’une vingtaine de pays.

Des liens d’affaires ont été tissés avec ces pays, renforcés par de fortes relations politiques, a-t-il dit, notant que des entreprises internationales se sont déjà installées à Casablanca pour couvrir la région africaine, bénéficiant de la position très avantageuse du Maroc par rapport au continent.

Il a rappelé en guise d’exemple que de grands cabinets d’avocats d?affaires internationaux ont ouvert l’année dernière des antennes à Casablanca. Il s’agit d’une première dans la région, qui offre la preuve que les compagnies internationales commencent déjà à intégrer la place financière marocaine.

Le responsable a tenu à préciser que le rôle de Casablanca en tant que hub financier ne se limitera pas à une seule région. La place marocaine doit jouer le rôle de relais entre les différentes régions du monde: Europe, Amérique, Afrique, monde arabe et Asie, a-t-il dit, faisant observer que des démarches ont été entreprises avec les partenaires asiatiques notamment ceux de la place de Singapore, de l’Inde et de la Chine.

Ces partenaires asiatiques font montre d?un vif intérêt pour la place de Casablanca, a-t-il dit, relevant que le renforcement des liens de partenariat avec ces marchés se fera d?une manière progressive.

Soulignant que Casablanca Finance City (CFC) sera opérationnelle dès cette année, le responsable a précisé que la CFC ambitionne d?attirer les sièges régionaux des multinationales, qui ont des intérêts dans la région, des consultants en matière de stratégie, des cabinets d?avocats, des auditeurs, des cabinets de ressources humaines, des compagnies de corporate banking, des fonds d?investissement et de capital-risque et des banques d?investissement.

Rappelons que le Moroccan Financial Board est une société anonyme de droit privé chargée du pilotage global et de la promotion institutionnelle de la CFC.

Le MFB a été créé en 2010, avec un capital initial de 120 MMAD, détenu à parts égales par six institutions financières.

Par ailleurs, M. Ibrahim devra présenter mardi après-midi devant un parterre de délégués venus de plus de 40 pays les atouts de Casablanca.

MAP

Commentaires»

  1. Government could implement this plan in life. They just need spend time on this.

    Répondre

  2. Author consider interesting problem in this post. It was useful to read it.

    Répondre

Laisser un commentaire

kabylesnet |
John Cena |
RCD-TIMIZART |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une plume et de l'encre
| Actualités du Maroc et du m...
| Burkina