navigation

Appel à adapter le code de la presse aux mutations sociales au Maroc 19 février, 2012

Posté par zenatanews dans : Actualités nationales , trackback

Des acteurs des droits de l’Homme et des médias ont plaidé, vendredi à Rabat, pour une profonde réforme du code de la presse qui tienne compte des mutations sociales survenues au Maroc, consacre la liberté d’expression et favorise la pratique professionnelle du métier.

Lors d’une table ronde organisée par le Media Diversity Institute (MDI), le Centre marocain des études et recherches dans le domaine des droits de l’Homme et des médias et la Fondation allemande Hanns Seidel, sous le thème « vers une nouvelle loi des médias au Maroc: regards croisés », les participants ont appelé au regroupement de tous les textes de loi relatifs aux médias en un seul code.

Le président du Centre marocain des études et recherches dans le domaine des droits de l’Homme et des médias, Ali Karimi, a ainsi estimé nécessaire de procéder à la révision dudit code qui doit, selon lui, couvrir à la fois la presse écrite, l’audiovisuel, la presse électronique et le statut du journaliste professionnel, préconisant la création de juridictions spécialisées pour juger les délits de presse et éviter l’application du code pénal en la matière.

Sur ce chapitre, le secrétaire général du syndicat du personnel de 2M (UMT), M. Mohamed El Ouafi, a estimé que les peines privatives de liberté contenues dans l’actuel code entravent le bon exercice du métier.

Il s’est dit, par ailleurs, en faveur d’une réforme du code de la presse qui garantisse l’accès à l’information et participe à la démocratisation et la modernisation de la pratique journalistique.

A son tour, le journaliste Abdelhak Belachgar a plaidé pour la suppression des peines privatives de liberté contenues dans l’actuel code, ainsi que pour la vulgarisation de ses dispositions. Pour lui, le Conseil national de la presse qui sera créé prochainement, doit être érigé en autorité morale ayant pour rôle de veiller au respect des règles déontologiques, de réglementer la profession et de développer la formation.

Le professeur universitaire Abdelaziz Nouidi a considéré, pour sa part, que la démocratisation du secteur audiovisuel passe par la levée de la censure, notant qu’il s’agit de l’un des secteurs stratégiques nécessitant une profonde réforme.

Cette table ronde fait partie d’un cycle de conférences destinées à stimuler le débat entre journalistes et experts sur un certain nombre de questions relatives au paysage médiatique marocain.

MAP

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

kabylesnet |
John Cena |
RCD-TIMIZART |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une plume et de l'encre
| Actualités du Maroc et du m...
| Burkina