navigation

La situation de l’agriculture au Maroc « n’est pas critique », selon le ministère de tutelle 22 février, 2012

Posté par zenatanews dans : Economie , trackback

La situation actuelle de l’agriculture au Maroc « n’est pas critique » en dépit de la vague de froid, a estimé un responsable du ministère de tutelle.

« L’état actuel de l’agriculture au Maroc ne peut pas être considéré comme critique, en dépit des dégâts subis par les cultures dans certaines régions« , a affirmé Moha Merghi, conseiller au ministère de l’Agriculture et des Pêches maritimes, lors de l’émission « Qadaya Wa araa » (questions et points de vue) diffusée mardi par la chaîne de télévision « Al Oula ».

M. Merghi a invité les agriculteurs à tirer profit des mesures prises par le gouvernement pour atténuer les effets des mauvaises conditions climatiques.

Selon lui, les services compétents ont fait l’inventaire des surfaces affectées par la vague de froid qui a sévi dernièrement au Maroc, précisant qu’un programme de soutien aux agriculteurs de pommes de terre dans les plaines du Gharb et Loukous a été mis en place et prévoit notamment de diminuer de moitié les prix des semences.

Près de 5.000 ha des cultures de pommes de terre ont été touchés dans ces deux plaines et 14.000 ha de cannes à sucre, en plus d’une faible diminution de la production des fraises dont la récolte a commencé il y a quelques semaines, a-t-il expliqué.

S’agissant des conditions climatiques, la saison agricole a traversé trois étapes, un « très bon » démarrage avec une abondance des précipitations, un ralentissement des précipitations et une vague de froid qui a endommagé certaines cultures et profité à d’autres comme les céréales, a-t-il expliqué.

Concernant l’accord de libre-échange avec l’Union européenne dans le domaine agricole, M. Merghi a soutenu que ce secteur allait bénéficier d’un meilleur accès au marché de l’UE, ce qui va renforcer sa compétitivité et accélérer les réformes prévues dans le cadre du plan Maroc Vert .

De son côté, Kacem Ghazoui, membre du bureau politique du parti du progrès et du socialisme (PPS), a estimé que la régularité des précipitations et l’amélioration des conditions climatiques dans les prochaines semaines pourraient atténuer les dégâts causés par la vague de froid, en particulier les pommes de terre, la canne à sucre et les fraises.

Il a invité les agriculteurs à contracter des polices d’assurances pour protéger leurs cultures contre les mauvaises conditions climatiques et les catastrophes naturelles.

Mais le chef du groupe parlementaire de l’Union constitutionnelle (UC) a indiqué que les agriculteurs attendent toujours la réaction du gouvernement après les pertes subies à cause de la vague de froid, précisant que le secteur, qui emploie 4 millions de personnes et contribue pour 19% au produit intérieur brut (PIB), exige une intervention rapide des pouvoirs publics.

Pour sa part, Mbarka Bouaida, membre du Rassemblement national des indépendants (RNI), a préconisé que l’Etat et les professionnels agissent ensemble pour assurer le développement du secteur, lui permettre de faire face aux mauvaises conditions climatiques et améliorer sa productivité conformément à l’accord de libre-échange avec l’Union européenne.

Le vice-président de la Fédération marocaine de l’agriculture et du développement agricole, Hamou Ouhali a exprimé les craintes des agriculteurs sur l’avenir de la campagne agricole, appelant à une aide d’urgence au secteur de l’élevage et à une réduction des droits de douane sur l’importation des aliments du bétail.

MAP

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

kabylesnet |
John Cena |
RCD-TIMIZART |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une plume et de l'encre
| Actualités du Maroc et du m...
| Burkina