navigation

M. Souhail: « La promotion de la formation professionnelle requiert un système éducatif en lien avec le monde économique » 24 février, 2012

Posté par zenatanews dans : Actualités nationales , trackback

Le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, M. Abdelouahad Souhail a souligné, vendredi à Rabat, l’importance d’inculquer une nouvelle dynamique au système de formation professionnelle, qui soit bien intégrée dans le système d’éducation et de formation et davantage en lien avec le monde économique.

Dans une allocution, à l’occasion de la réunion consacrée à l’étude d’élaboration de la stratégie intégrée de développement de la formation professionnelle à l’horizon 2020, M. Souhail a affirmé que l’objectif ultime, à travers cette vision, est de bâtir un système performant, réactif, souple et suffisamment ancré dans le milieu professionnel et bien intégré dans le système d’éducation et de formation nationale.

Le but étant d’offrir à un maximum de jeunes les qualifications nécessaires à leur intégration dans le marché de l’emploi et partant leur garantissant les conditions d’une vie digne et décente, a-t-il ajouté.

Les fondements de cette vision, a précisé le ministre, puise dans l’institutionnalisation de la formation professionnelle conformément à la nouvelle constitution, en tant que droit devant être garanti de façon équitable à chaque citoyenne et citoyen et, dans l’impératif de répondre aux besoins en compétences des entreprises et l’exigence d’assurer une plus grande compétitivité économique du pays favorisant ainsi davantage de créations d’emplois.

M. Souhail a indiqué que cette vision, dont les orientations générales ont été clairement énoncées par la déclaration du Gouvernement, se doit d’accompagner les stratégies de développement sectorielles et les grands projets structurants du pays.

Cette vision privilégie, a fait remarquer le ministre, la détermination et la définition des besoins en compétences et qualifications de secteurs d’activités par les professionnels et la mise en place de mécanismes de planification et d’adaptation périodiques et réguliers de l’offre de formation.

Elle prône également le développement de contrats-programmes avec les opérateurs de formation pour la réalisation de formations découlant des besoins arrêtés et approuvés et la mise en place de procédures de financement, de suivi et d’évaluation des différents programmes, a poursuivi M. Souhail.

« La concrétisation de ces orientations demeure tributaire de l’instauration des bases d’une bonne gouvernance et l’adaptation de l’organisation et du fonctionnement des différents organes et structures en charge de formation, notamment au regard des spécificités de la régionalisation avancée », a fait observer le ministre.

M. Hourani a toutefois relevé qu’il incombe d’?uvrer pour réduire l’écart entre les besoins du marché et la formation professionnelle et de trouver des solutions aux travailleurs non qualifiés (environ 400. 000 chercheurs d’emploi non qualifiés) et s’atteler à transformer le secteur informel en secteur structuré.

« Le développement de la formation professionnelle constitue une entrée principale pour la création d’environ 3,5 millions d’emplois sur les dix prochaines années », a-t-il soutenu.

Le ministre délégué auprès du chef du gouvernement chargé de la fonction publique et de la modernisation de l’administration, M. Abdelaadim Guerrouj a qualifié la formation professionnelle de « levier stratégique » pour réaliser le développement, Cette formation doit être en adéquation avec les besoins réels de l’économie nationale, a-t-il insisté, avant de souligner que le contexte actuel requiert d’élaborer une politique de proximité, redonner confiance au citoyen et réaliser les conditions d’excellence des services offerts par l’administration aux citoyens et aux entreprises.

Il a indiqué, à ce propos, que le gouvernement a adopté une stratégie ambitieuse, à travers notamment la mise en ?uvre du concept de gouvernance et d’administration électronique.

Lors de cette réunion, ont été présentées les premières orientations de la stratégie intégrée de développement de la formation professionnelle à l’horizon 2020, ainsi que les résultats du diagnostic du système actuel de la formation professionnelle et de l’étude benchmark – qui s’appuie sur plusieurs expériences étrangères de projets déjà réalisés ou au moins plus avancés-.

Cette étude, rappelle-t-on, est pilotée conjointement par le département de la Formation professionnelle, le Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique et la Confédération générale des entreprises du Maroc.

MAP

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

kabylesnet |
John Cena |
RCD-TIMIZART |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une plume et de l'encre
| Actualités du Maroc et du m...
| Burkina