navigation

Une bande criminelle sous les verrous 26 février, 2012

Posté par zenatanews dans : Actualités nationales , trackback

#

 Les malfaiteurs s’en prenaient généralement aux voitures de passage dans le quartier.

Deux voleurs, deux receleurs et sept gardiens de voitures mis hors d’état de nuire par les éléments de la deuxième section de la PJ d’Anfa.

Onze individus ont été arrêtés et présentés à la justice vendredi dernier. Poursuivis pour constitution d’une bande organisée, vol dans voitures, vol qualifié et trafic de stupéfiants, les individus en question avaient défrayé la chronique à la préfecture d’Anfa. La bande est constituée de 2 voleurs, 2 receleurs et 7 gardiens de voitures. L’affaire remonte au 21 janvier 2012, lorsque la voiture appartenant à un consul a été dévalisée au niveau du boulevard Moulay Driss 1er. Les cambrioleurs avaient réussi à mettre la main sur un gros butin : 11 000 euros, 20 000 DH et trois montres de marques Chopard, Rolex et Guess, d’une valeur de plus de 500 000 DH, en plus de bijoux et de documents personnels de la victime.

Les éléments de la 2e section de la police judiciaire relevant de la préfecture d’Anfa qui s’étaient déplacés sur place, à la suite de la plainte déposée par la victime, allaient avoir du pain sur la planche. Premier suspect dans ce genre d’affaires : le gardien de nuit qui veille dans la rue où le vol a été commis. Ce dernier allait susciter les soupçons des fins limiers de la PJ. En effet, au lendemain du vol, le gardien avait quitté les lieux plus tôt que prévu.

De surcroît, il s’est avéré qu’il avait des antécédents. Répondant à la convocation de la police au 26 janvier, le gardien avait nié en bloc avoir vu quelque chose, ou être complice dans l’histoire.

Passage aux aveux

Les éléments de la PJ allaient poursuivre leur enquête et n’allaient pas tarder à récolter les fruits de leur labeur. En effet, mardi dernier, ils ont réussi à identifier un individu au passé peu reluisant, surnommé «Rass zerouata» (tête de matraque). Récidiviste de son état, il avait fait l’objet, durant son parcours criminel, de 19 condamnations pour vol qualifié. Une fois identifié, puis localisé, il n’allait pas tarder à tomber dans le piège tendu par la police, au niveau de Sidi Bernoussi.

Dans les locaux de la 2e section de la PJ d’Anfa, il passera sans difficulté à table. Ses déclarations allaient surprendre les policiers chargés de l’enquête. En effet, notre ami a reconnu avoir perpétré plus de 500 vols dans des voitures. Il opérait dans les garages d’immeubles et, durant la même opération, il pouvait «vider» 7 ou 8 voitures à la fois. Au fil du temps, Rass zerouata allait développer ses propres techniques et tisser des connivences avec les gardiens de nuit, en plus de prendre Brahim comme complice.

Qualifié de dangereux, ce dernier tombera lui aussi dans le piège tendu par la police, à Agadir. Le reste de la bande fut rapidement écroué. Fin de parcours. 

Complicité et recelLes complices s’en prenaient généralement aux voitures de passage dans le quartier. Celles dont les propriétaires sont en visite chez un proche ou ami.

De même, étaient ciblés les riverains qui se montraient ingrats et ne payaient pas les veilleurs de nuit. Leurs véhicules étaient désignés aux deux voleurs par ces mêmes gardiens, une sorte de règlement de compte.

Parallèlement, les veilleurs indiquaient également à leurs complices les voitures dont les malles sont bien garnies. Pendant que Rass zerouata et Hamid opéraient, les gardiens faisaient le guet et les alertaient au moindre risque (approche du propriétaire, fourgon de police de passage, etc.). L’un des receleurs a reconnu avoir vendu l’une des montres pour la somme de 40 000 DH.

Abdelhakim Hamdane, LE MATIN

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

kabylesnet |
John Cena |
RCD-TIMIZART |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une plume et de l'encre
| Actualités du Maroc et du m...
| Burkina