navigation

Equipement communal : Le FEC opère une nouvelle baisse de ses taux d’intérêt 3 juin, 2012

Posté par zenatanews dans : Actualités nationales , trackback
Equipement-communal.jpg

Le FEC continue à accompagner les projets des Collectivités locales tout en veillant à préserver son équilibre.

Equipement communal : Le FEC opère une nouvelle baisse de ses taux d’intérêt dans Actualités nationales nextprev dans Actualités nationalespanel-nav-nextpanel-nav-prev

Le Fonds d’équipement communal (FEC) poursuit sa politique de baisse structurelle de ses marges pour faire bénéficier ses clients que sont les collectivités locales de conditions de financement de plus en plus avantageuses. Ainsi, après la dernière baisse qui a été opérée en 2010, cette institution financière spécialisée dans le financement des collectivités locales revient à la charge cette année avec une nouvelle baisse de ses taux d’intérêt. Devant être en vigueur à compter du 1er juillet prochain, cette baisse sera de 25 points de base, ce qui fait que les taux d’intérêt du FEC démarreront à partir de 6,25%.

Parallèlement à la poursuite de cette politique de la baisse des taux, le FEC s’apprête à connaître une métamorphose pour pouvoir jouer un rôle encore plus important dans le développement régional. A ce sujet, ses responsables semblent impatients à entamer ce virage dans la vie de cette institution financière. En tout cas, c’est ce qu’on peut tirer de la déclaration du Conseil d’administration du FEC qui s’est réuni à la fin de la semaine dernière au siège du ministère de l’Intérieur, sous la présidence de Cherki Drais, ministre délégué auprès du ministre de l’Intérieur. En fait, selon un communiqué du FEC, le CA «a souligné l’importance de concevoir un cadre institutionnel rénové qui tienne compte des évolutions qu’ont connues les secteurs local et financier (…) et qui permettra à l’institution de disposer de nouveaux moyens d’action pour continuer à répondre aux besoins et attentes du secteur public local, notamment dans la perspective de la mise en œuvre du processus de régionalisation avancée».

Il est à noter que cette institution devra être sollicitée davantage avec l’application imminente de la très prometteuse régionalisation avancée, qui a été constitutionnalisée. En fait, il est prévu dans le cadre de cette nouvelle politique de régionalisation que les ressources d’emprunt des conseils régionaux soient renforcées à travers l’élargissement des capacités du FEC.
Pour ce faire, celui-ci devra d’ailleurs être épaulé par le secteur bancaire à travers une «consortialisation», particulièrement autour de projets bancables.
En attendant cette mutation, la banque continue à accompagner les projets des collectivités locales, tout en veillant à préserver son équilibre, comme le montrent les indicateurs de son activité au cours de l’année dernière.

Ainsi, les réalisations en termes d’engagements de prêts ont dépassé en 2011 les prévisions de l’exercice pour s’établir à 2,29 milliards de DH et le niveau des décaissements a été conforme aux prévisions pour atteindre 1,6 milliard de DH, «confirmant ainsi la poursuite de la dynamique de l’investissement local».
En ce qui concerne les résultats financiers, ils ne sont pas impactés par l’application de la politique de baisse structurelle des marges du FEC qui s’est traduite par une nouvelle baisse des taux d’intérêt appliqués aux collectivités locales de 50 points de base en 2010 «dont l’effet s’est fait pleinement ressentir en 2011», selon la même source.

Ainsi, le produit net bancaire n’a connu qu’une légère baisse limitée à 4,5% pour s’établir à 317 MDH en 2011.
Quant aux indicateurs de risque, ajoute-t-on, ils poursuivent leur amélioration structurelle à travers un taux de créances en souffrance qui se maintient à un niveau inférieur à 1%.
S’agissant du résultat net, il s’est élevé à 178 millions de DH, en baisse de 17 MDH par rapport à 2010.


30 MMDH en 52 ans

Le FEC a attribué, depuis sa création en 1959, plus de 30 milliards de DH de crédits au profit du secteur public local. De son côté, le volume annuel d’attributions est passé de près de 30 millions de DH en 1959 à plus de 2 milliards de DH en 2011. Parallèlement, souligne le management de l’institution, «le FEC a considérablement renforcé son assise financière au cours de ces années, en veillant à une maîtrise systématique des risques». Ainsi, explique-t-on, les résultats bénéficiaires successifs du FEC ont permis un renforcement substantiel de ses fonds propres qui sont passés de 195 millions de DH en 1993 à près de 2,5 milliards de DH en 2011.

  • Les financements du FEC peuvent être sous forme de prêts destinés à financer les projets d’investissement des collectivités locales ou de lignes de crédit destinées au financement de programmes pluriannuels d’investissement.
  • Ce dernier mode de financement «permet à la Collectivité concernée de disposer de la visibilité pour la réalisation de ses projets, notamment lorsqu’ils s’inscrivent dans le cadre d’un plan de développement à moyen et long termes».
  • Au-delà de l’activité de crédit, l’intervention du FEC couvre également le conseil et l’assistance aux CL pour la définition de leurs besoins et la préparation de leurs dossiers de demande de prêts.
Publié le : 3 Juin 2012 – Lahcen Oudoud, LE MATIN

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

kabylesnet |
John Cena |
RCD-TIMIZART |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une plume et de l'encre
| Actualités du Maroc et du m...
| Burkina