navigation

VERS UNE LOI SUR L’AVORTEMENT CLANDESTIN 3 juin, 2012

Posté par zenatanews dans : Actualités nationales , trackback

Aussi surprenant que cela puisse paraître, c’est sous l’ère d’un gouvernement dirigé par des islamistes, que des partis et plusieurs associations de la société civile se démènent pour inscrire à l’ordre du jour du parlement, une loi sur ce véritable drame que constitue l’avortement clandestin.

Bien qu’elle ait diminué de façon significative au cours de la dernière décennie, la mortalité maternelle demeure encore relativement élevée ( 112/100 000 ). A l’origine de cette persistance, l’avortement clandestin qui constitue un vrai drame au Maroc. On estime à 600 jusqu’à 800 le nombre d’avortements clandestins qui ont lieu tous les jours au Maroc, plus que le tiers dans des conditions sanitaires déplorables. C’est cette situation qui fait que plusieurs acteurs du monde associatif mènent une croisade sans merci pour briser le tabou qui entoure cette question et réviser une législation en vigueur désuète pour éviter les drames causés par des grossesses non désirées.

Tous, voudraient que la législation aille dans le sens d’un assouplissement pour la légalisation de l’avortement dans des cas extrêmes comme l’inceste ou le viol ou bien encore en cas de malformation profonde du fœtus. Il faut dire que depuis toujours, cette question douloureuse fait débat au sein de la société entre légalistes et conservateurs. D’où l’urgence d’une loi idoine. La sensibilisation ayant montré ses limites, il convient de passer à un palier supérieur afin d’atténuer les conséquences désastreuses de grossesses non désirées qui font que des jeunes filles décèdent dans
des conditions inhumaines, des enfants naissent et sont abandonnées dans les rues.

Alors qu’il semblait favorable à un projet de loi avant de venir aux affaires, le PJD, qui dirige la coalition gouvernementale semble avoir fait marche arrière depuis. Et depuis, ce sont des partis de l’opposition comme le PAM ou encore l’USFP qui semblent les plus favorables à cette future loi et œuvrent en ce sens. Ils sont suivis dans leurs démarches et en coulisses par l’AMLAC (L’Association Marocaine de Lutte contre l’Avortement Clandestin) qui compte fédérer autour de ce combat jusqu’à ce que le projet de loi soit définitivement adopté au parlement.

Jalil Nouri – actu-maroc.com

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

kabylesnet |
John Cena |
RCD-TIMIZART |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une plume et de l'encre
| Actualités du Maroc et du m...
| Burkina