navigation

Administration pénitentiaire : La délégation générale sera intraitable face aux dépassements 18 juillet, 2012

Posté par zenatanews dans : Actualités nationales , trackback

Benhachem appelle à plus de vigilance lors de l’application de la loi.

Benhachem.jpg

Benhachem : «Je reconnais que le secteur de la prison souffre de plus

Administration pénitentiaire : La délégation générale sera intraitable face aux dépassements dans Actualités nationales nextprev dans Actualités nationalespanel-nav-nextpanel-nav-prev

Déterminé et ferme, le délégué général de l’Administration pénitentiaire Benhachem Moulay Hafid a bien fait passer le message. Il ne sera pas tolérant avec les responsables et employés de la prison qui manqueront au respect de la loi. «Personne ne peut nier l’intégrité et le dévouement avec lesquels la majorité des membres de ce corps remplissent leur mission. Toutefois, il existe une minorité qui devra revoir ses pratiques afin que la prison puisse remplir entièrement sa mission de rééducation du citoyen en état de détention», annonce M. Benhachem lors d’une journée d’étude organisée mardi dernier à Rabat. D’après ce responsable, la gestion des prisons est désormais soumise à un contrôle très sévère exercé, d’une part, par les médias, et le Parlement et, d’autre part, par le CNDH et l’opinion publique, ce qui interpelle les responsables pour faire preuve d’une plus grande vigilance dans l’application de la loi.

«Il faut toujours garder en mémoire que la prison prive les détenus de leur liberté et non de leur dignité. En partant de ce principe, nous ne permettrons pas que ce secteur soit qualifié de corrompu. D’ailleurs, nous comptons faire face à tous les dépassements et les pratiques illégales ou immorales», souligne le délégué général.

En effet, à deux mois de l’arrivée du rapporteur spécial sur la torture (prévue du 14 au 21 septembre), M. Benhachem rappelle aux responsables régionaux et provinciaux leur devoir de respecter la loi et de faire face à tout dépassement. «La prison est pleine de tentations qui peuvent conduire l’employé à faillir à ses fonctions. Cet argument ne pourra toutefois pas justifier le comportement incorrect d’un employé. Je tiens à vous informer que nous avons différentes sources d’informations qui pourront nous orienter sur les comportements des membres de ce corps», annonce M. Benhachem sur un ton encore plus ferme. S’adressant aux responsables régionaux et provinciaux, le délégué général a appelé à plus d’implication dans la mise en œuvre de la réforme. «La réforme devra être menée au niveau national par la délégation nationale, mais aussi au niveau des directions provinciales et régionales.

Cette condition est indispensable pour réussir la restructuration de ce chantier», a-t-il affirmé.

Évoquant le rapport publié par la commission parlementaire de justice, de législation et de droits de l’Homme, M. Benhachem a indiqué son intention de prendre en considération les remarques émises dans le cadre de ce document malgré la non-fiabilité des sources.

«Je reconnais que le secteur de la prison souffre de plusieurs dysfonctionnements, notamment le non-respect de la loi, la faiblesse de l’infrastructure, l’évasion de détenus en complicité avec des employés de la prison.  Mais il faut dire aussi que plusieurs efforts sont consentis depuis 2008 pour changer la situation et l’image des centres pénitentiaires», déclare M. Benhachem.

D’après lui, ces différents efforts ont permis de réduire les cas de violences enregistrés dans les prisons et de réhabiliter plusieurs établissements pénitentiaires, notamment le centre de détention de Oukacha et la prison de Kénitra. La situation financière des fonctionnaires a été également revue. Ces derniers ont bénéficié d’une augmentation de salaire (le salaire minimum est passé de 2 100 à 3 200 DH) et d’une rémunération pour les heures supplémentaires de nuit. Toutes ces actions visent, d’après M. Benhachem, à améliorer la vie aussi bien des détenus que des employés de prison.


Juan Méndez bientôt en visite au Maroc

Prévue du 14 au 24 septembre prochain, la visite du rapporteur spécial sur la torture, Juan Méndez, intervient après deux autres visites effectuées au cours de cette année par d’autres responsables des Nations unies. Dépêché par la Commission des droits de l’Homme des Nations unies, cet expert aura pour mission d’effectuer des visites dans des établissements pénitentiaires de son choix. Il pourra également à visiter des centres de protection de l’enfance ainsi que des hôpitaux psychiatriques.

Yousra Amrani, LE MATIN

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

kabylesnet |
John Cena |
RCD-TIMIZART |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une plume et de l'encre
| Actualités du Maroc et du m...
| Burkina