navigation

Clôture du moussem de Moulay Abdellah Amghar 18 juillet, 2012

Posté par zenatanews dans : Culture , trackback

● Comme à l’accoutumée, les festivités du moussem de Moulay Abdellah Amghar se sont clôturées dans un climat d’enthousiasme et de regret.
● 500 000 personnes sont venues de tout le Royaume pour célébrer leur saint et festoyer au rythme des fantasias.

# La fauconnerie et l’art équestre étaient les attractions phare du moussem.

Organisée au cœur du Ribate Tit, l’édition 2012 du Moussem de Moulay Abdellah Amghar a été une grande réussite et a retrouvé le prestige d’antan. Cette grande manifestation populaire maintient la tradition ancrée dans le paysage marocain depuis des siècles. Elle a été l’occasion de rendre hommage aux fauconniers Kouassems et aux 1 600 cavaliers de la tradition équestre.

Ce moussem a rassemblé plus de 500 000 personnes qui se sont déplacées de tout le pays pour se recueillir sur la tombe du saint Moulay Abdellah Amghar dont le sanctuaire est méticuleusement entretenu par ses descendants. En plus des manifestations à caractère religieux, cet évènement a également été l’occasion pour les festivaliers d’assister aux spectacles de plein air «halkas» au sein du «mahrek», de fantasias, de découvrir la chasse aux faucons, les arts culinaires des différentes régions et de danser au rythme des soirées musicales et folkloriques…

Lors de cette cérémonie mémorable, qui a été présidée par les autorités provinciales, dont le gouverneur de la province d’El-Jadida, Mouâad El Jamaï, l’accent a été mis sur le caractère à la fois civique et spirituel que revêt ce moussem.

La manifestation témoigne du profond respect que le peuple marocain voue à S.M. le Roi Mohammed VI et à la défense des valeurs sacrées de l’Islam.
Le moussem des Doukkala a été certes une réussite, mais quelques défaillances ont été enregistrées çà et là :

1. Côté propreté et eau potable : c’est inadmissible de voir cette commune, l’une des plus riches communes du Maroc, rester dans un état très primitif au temps où elle est censée satisfaire à toutes les attentes de ses habitants et de ses visiteurs. Pis encore, l’enceinte du sanctuaire du saint Moulay Abdellah a été, elle aussi, une vraie «poubelle».

2. Côté assainissement : chaque année, le nombre de visiteurs du moussem dépasse les 500 000 personnes. Or, tout est laissé au hasard. Ainsi, pour tous ces visiteurs, il n’y avait que quelques toilettes dans un état lamentable.
Pourquoi donc cette localité, qui est l’une des plus riches du pays, ne renforce-t-elle pas ce volet en faisant appel, pendant le moussem, à une société privée spécialisée pour doter celui-ci de toilettes mobiles payantes ?

3. Côté sécurité : malgré les grands efforts déployés par les agents de la Gendarmerie royale et aux Forces auxiliaires, il faut améliorer et renforcer la sécurité dans les points sensibles du moussem à savoir «El Mahrek», la place réservée aux soirées populaires et la gare en faisant appel à une société spécialisée dans ce domaine.

4. Le choix de la «coïncidence» du Festival Jawhara et le moussem n’a pas été judicieux, car ce sont les agents de la sûreté provinciale qui ont en souffert vu le manque en effectifs et en moyens nécessaires pour assurer le bon déroulement de l’événement.

5. L’emplacement et l’espace réservé aux parkings laissent à désirer. Par conséquent,
il est primordial qu’on tienne une réunion d’évaluation en
présence des potentialités de Doukkala-Abda, les Chorfas amghariyines, les parlementaires, les élus locaux, les hommes de la presse et les professeurs éminents.


Un spectacle de lutte traditionnelle

En marge du moussem, la Fédération royale marocaine des luttes associées (FRMLA) a organisé, à Moulay Abdellah, le Championnat d’Afrique de lutte traditionnelle (Lamaabza). Lors de la clôture, une grande exhibition animée par des lutteurs marocains et africains s’est déroulée en présence des personnalités locales.

Une stratégie étalée sur 4 ans a été mise en place par la Fédération concernant, dans une première étape, l’élargissement de la base des pratiquants de cette discipline au niveau de toutes les régions du Royaume. Outre la mise en œuvre du programme de partenariat conclu avec l’Entraide nationale, l’objectif étant de former des équipes nationales dans les catégories des jeunes dans la perspective de participer aux championnats du monde juniors et cadets prévus avant la fin de l’année en cours.

La FRMLA envisage de se porter candidate à l’organisation de nombre de compétitions continentales et internationales, à l’instar des Championnats d’Afrique de lutte traditionnelle à Moulay Abdellah (province d’El-Jadida), des championnats arabes cadets et des Championnats du monde de Beach Wrestling (2013) en plus des Mondiaux cadets qui auront lieu la même année.

Abdelmajid Nejdi, LE MATIN

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

kabylesnet |
John Cena |
RCD-TIMIZART |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une plume et de l'encre
| Actualités du Maroc et du m...
| Burkina