navigation

2500 millions de DH pour humaniser la prison 7 août, 2012

Posté par zenatanews dans : Actualités nationales , trackback
Un homme marche dans les couloirs d’une prison | afp

Un homme marche dans les couloirs d'une prison

La Délégation générale de l’Administration pénitentiaire a mobilisé un budget de 2.500 millions de Dh pour arrêter son plan quinquennal 2012-2016 visant l’amélioration de la prison.

Les priorités définies dans ce cadre ont été conçues sur la base d’un ensemble de principes, notamment la bonne gouvernance, en vue de sauvegarder les acquis et améliorer la situation du secteur et les conditions des détenus, selon un rapport de la Délégation.

Poursuivre l’amélioration des conditions d’hébergement des détenus constitue le premier objectif de ce plan, et ce à travers la construction d’établissements pénitentiaires structures modernes et la couvrure de la carte judiciaire du Maroc, précise la même source, soulignant que le plan d’action de la Délégation pour 2012 prévoit la construction de six établissements pénitentiaires, d’une capacité d’accueil de 8050 pensionnaires et l’extension de deux autres établissements pour porter leur capacité d’accueil à 900 prisonniers. Les autres actions devraient être achevées durant la période 2013-2016.

Le rapport précise que l’amélioration du monde des prisons a été conçue selon une nouvelle approche, mettant en avant la construction des pénitenciers alternatifs hors zone urbaine et la construction d’établissements conformes aux standards internationaux, permettant le respect des droits de l’Homme et la préservation de la dignité des prisonniers, sans recourir au financement du budget général de l’Etat.

Le rapport note également le lancement des études préliminaires visant la construction de cinq établissements pénitentiaires alternatifs dans les environs de la ville de Rabat, dont la capacité d’accueil ne dépassera pas 1300 lits chacun, en plus de la mise en place d’un programme visant à mettre fin à l’utilisation des prisons de Ain Kadouss de Fès, Sat village de Tanger, Boulmharez de Marrakech, Sidi Said de Meknès et des prisons locales d’Oujda et Sefrou.

Selon le document, l’objectif de trois m2 par prisonnier pourrait être atteint en assurant un espace supplémentaire estimé à 65.000 m2 dans les différents établissements pénitentiaires, soit une moyenne de 13.000 m2 par an à partir de 2013 et l’équivalent de près de quatre établissements pénitentiaires d’une capacité de 1.300 places par unité, et en optimisant la capacité de certaines prisons qui pourraient être élargis.

Au volet de l’amélioration de la couverture médicale des détenus, la Délégation générale entend examiner à partir l’année en cours la possibilité de confier progressivement les services d’alimentation des détenus à des sociétés spécialisée et mènera une réflexion sur un partenariat avec le ministère de la Santé visant à appuyer les unités médicales au sein des établissements pénitentiaires.

S’agissant du développement des ressources humaines, la Délégation envisage d’améliorer le taux d’encadrement pour atteindre l’objectif d’un gardien pour 6 détenus, soit 1.000 postes budgétaire chaque année (sur ans) sur la base d’un pour un nombre de détenus estimé à 65.000/an et de soutenir les programmes de formation au profit du personnel.

A cet égard, un institut national de formation des cadres et employés de la Délégation générale a été construit selon des normes modernes, avec une capacité d’accueil de 800 lits.

Le plan vise également à améliorer les conditions du personnel, en particulier à travers l’augmentation des indemnités, à l’instar des employés du secteur public, et à poursuivre les efforts de moralisation des prisons à travers la mise en place d’un système de surveillance électronique aux niveaux central, régional et local et la création d’unités spéciales d’intervention afin de contrôler les déplacements dans les établissements pénitentiaires et intensifier les opérations d’inspection et de surveillance.

Le plan porte aussi sur la rationalisation de la gestion des ressources humaines, le soutien des programmes de réadaptation pour la réinsertion des détenus et la mise en Âœuvre de la politique de déconcentration administrative et des principes de bonne gouvernance.

Le rapport revient aussi sur la coopération avec les secteurs gouvernementaux concernés par l’éducation et la formation professionnelle, l’alphabétisation, les activités culturelles, sportives, religieuses, le développement du champ de la communication et de l’information pour faire face aux différents difficultés rencontrées dans les établissements pénitentiaires.

MAP

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

kabylesnet |
John Cena |
RCD-TIMIZART |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une plume et de l'encre
| Actualités du Maroc et du m...
| Burkina