navigation

Les parlementaires pointent du doigt les cités universitaires 8 août, 2012

Posté par zenatanews dans : Actualités nationales , trackback

Lahcen Daoudi, ministre de l’Enseignement supérieur, a été interpellé, mardi dernier, par la commission de l’enseignement, de la culture et de la communication de la Chambre des représentants.

# A fin 2010, les 19 cités universitaires avaient une capacité d’accueil de 35 000 lits.

La situation des cités universitaires, la rentrée universitaire au titre de l’année 2012-2013, la gratuité des études supérieures, tels sont les points inscrits à l’ordre du jour de la commission de l’enseignement, de la culture et de la communication de la Chambre des représentants. Celle-ci a interpellé Lahcen Daoudi, ministre de l’Enseignement supérieur, jeudi dernier. Et ce, en réponse à la demande des groupes parlementaires représentant la majorité et l’opposition, à savoir : le PJD, le PAM, le groupe istiqlalien et ceux du progrès démocratique et de l’Union constitutionnelle.

Les membres de la commission de l’enseignement ont adressé leurs remarques au ministre, venu accompagné d’Abdelhafid Debbagh, secrétaire général du ministère, et de Mustapha Denial, directeur général de l’Office national des œuvres universitaires sociales et culturelles (ONOUSC).

Ainsi, le département de l’enseignement supérieur a été notamment épinglé sur la situation morose dans laquelle pataugent les cités universitaires. Sur ce point, les groupes du PJD et du progrès démocratiques ont mis à nu les difficultés que connaissent nos résidences universitaires. La situation de ces dernières laisse beaucoup à désirer. Les députés ont ainsi soulevé, le nombre réduit des cités au niveau national, l’insuffisance de la capacité d’accueil, le manque d’infrastructures et d’équipements. Des dysfonctionnements qui sont, selon les membres de la commission, le résultat de la mauvaise gestion, de l’absence de la transparence dans le traitement des marchés afférents aux équipements et à la restauration. Le tout enrobé d’une problématique de gouvernance. Dans ce même ordre d’idées, le groupe du PJD a interpellé le département de l’enseignement supérieur sur l’exécution des objectifs tracés dans le contrat de développement conclu entre l’État et l’ONOUSC, ainsi que sur le bilan de l’Office, le plan d’action arrêté en mai 2011 et le sort des recommandations émises par la Cour des comptes et l’inspection générale des Finances à l’ONOUSC.

Idem pour le groupe du progrès démocratique. Ce dernier a mis l’accent sur l’agenda du département de Lahcen Daoudi concernant la mise en place de nouveaux restaurants au profit des étudiants résidents, l’augmentation de la capacité d’accueil et la couverture médicale. En outre, ce groupe a mis l’accent sur la procédure d’octroi des chambres vacantes, ainsi que de la bourse d’études et de ses bénéficiaires. Le manque de transparence dans les passations des marchés a été également pointé du doigt par le groupe.

Sur ce chapitre, les membres de la commission ont suivi un exposé fait par Mustapha Denial, portant sur l’ONOUSC. Cet exposé s’est étalé sur la situation des résidences universitaires, le programme d’action 2011-2012 ainsi que les réalisations. En somme, les responsables de l’Office n’ont pas nié le constat fait par les membres de la commission. Ainsi, les données de l’Office font ressortir, jusqu’à fin 2010, une capacité d’accueil de 35 000 lits répartis sur 19 cités. Quant au nombre des restaurants universitaires, il avoisine 10. Ces derniers sont dispatchés sur 7 universités (Rabat, Fès, Oujda, Marrakech, Errachidia et Casablanca). Toutes ces infrastructures ne sont pas qualifiées et ne répondent pas aux normes reconnues en la matière. Outre la faiblesse des infrastructures de base et des équipements destinés aux activités culturelles et sportives et l’absence des outils de gestion et de gouvernance, aussi bien au niveau central qu’au niveau de ces cités, le DG de l’ONOUSC a également relevé l’absence d’un statut du personnel de l’Office et l’inadéquation de l’organigramme de l’Office avec les missions qui lui ont été dévolues.


De nouvelles mesures pour rehausser les cités

Après avoir présenté les axes de son plan d’action, le DG de l’ONOUSC a expliqué aux membres de la commission que pour cette prochaine rentrée universitaire, l’Office se penche sur l’amélioration des conditions des étudiants résidents, l’actualisation du règlement intérieur des cités et la mise en place de nouvelles mesures pour pouvoir bénéficier des services de restaurations. Ainsi, on parle également de l’ouverture de 6 nouveaux restaurants et de plus de 19 000 lits.

  • Les cités universitaires au cœur des débats de la commission de l’enseignement de la Chambre des représentants.
  • Les cités pataugent dans le dysfonctionnement.
  • 9 000 lits vacants dans les cités.
 Soumaya Bencherki, LE MATIN

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

kabylesnet |
John Cena |
RCD-TIMIZART |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une plume et de l'encre
| Actualités du Maroc et du m...
| Burkina