navigation

Benkirane rassure lors de son deuxième passage devant les conseillers : La situation financière demeure sous contrôle 11 août, 2012

Posté par zenatanews dans : Actualités nationales , trackback
Benkirane rassure lors de son deuxième passage devant les conseillers : La situation financière demeure sous contrôle

Benkirane a adopté un discours très rassurant expliquant que le Maroc est aujourd’hui bien loin du scénario de 1983 lorsque le pays adopte le PAS (Plan d’ajustement structurel) sous la supervision du FMI.

Le passage de Abdelilah Benkirane devant la Chambre des conseillers à de nouveaux retenir l’attention. Bien que ce deuxième passage ait été consacré entièrement aux OMD (Objectif du Millénaire pour le Développement), les députés n’ont pas manqué d’interpeler le chef de gouvernement sur la situation financière du pays après la décision de lever un milliard de dollars sur le marché international. Benkirane a adopté un discours très rassurant expliquant que le Maroc est aujourd’hui bien loin du scénario de 1983 lorsque le pays adopte le PAS (Plan d’ajustement structurel) sous la supervision du FMI (Fonds monétaire international).

Réagissant à ce sujet, Mme Zoubida Bouayad, présidente du groupe socialiste à la deuxième Chambre, a affirmé que le gouvernement avait justifié la dernière hausse des prix du carburant à la pompe par la volonté d’éviter un endettement auprès des institutions financières étrangères. Mais le chef de gouvernement a expliqué que la loi de Finances actuelle prévoit une sortie à l’étranger pour lever des fonds. Et de conclure que la situation financière de l’Etat demeure tout à fait sous contrôle ajoutant qu’il ne faut pas avoir peur de la crise.

Concernant les fuites des capitaux à l’étranger et les fonctionnaires fantômes dans les administrations publiques, deux points soulevés par Hakim Benchemmach, président du groupe parlementaire du PAM (Parti authenticité et modernité), le numéro un de l’Exécutif a demandé aux députés de lui fournir des données tangibles et des noms pour réagir. Les autres questions des conseillers ont porté majoritairement sur le taux de réalisation des OMD par le Maroc.

S’agissant de la promotion de l’égalité des sexes, le chef de gouvernement a affirmé que le Maroc a réalisé de grandes avancées en ce qui concerne la promotion de l’égalité entre les sexes et l’autonomisation des femmes. Après avoir rappelé que la nouvelle Constitution consacre l’égalité entre les sexes, M. Benkirane a ajouté qu’en dépit des efforts déployés, les résultats obtenus restent en-deçà des attentes, notamment dans le domaine de l’emploi et de l’accès aux postes politiques. Dans le domaine de l’éducation, il a souligné que l’indice de l’égalité entre les sexes au terme de l’année 2011/2012 a atteint 94% au niveau de l’enseignement primaire, 81% au niveau de l’enseignement secondaire et préparatoire et 95% pour l’enseignement qualitatif, enregistrant ainsi une hausse respective de 28 points, 11 points et 30 points par rapport à l’année scolaire 1990/1991. Mais Benkirane a reconnu que l’accès des femmes aux postes de décision demeure faible et ce, malgré les progrès réalisés à ce niveau puisque le taux de la représentation des femmes dans les postes de responsabilité au sein de l’administration publique a atteint 15,3% et 14,7% pour les postes d’ambassadeurs.

Dans le domaine de la lutte contre la pauvreté, le chef de gouvernement a souligné, que le Maroc, qui a élaboré nombre de plans de développement social, a réalisé des résultats positifs. Dans ce sens, il a indiqué que le Maroc a pu dépasser l’objectif relatif au taux de pauvreté défini suivant le seuil établi par les Nations Unies (un dollar/jour par individu). Sur la base d’un tel seuil, le taux de pauvreté au Maroc est passé de 3,5% en 1990 à 0.6% en 2008. Concernant l’accès à l’eau potable et le traitement des eaux usées, Benkirane a indiqué que, grâce aux efforts déployés, le taux d’accès à l’eau potable dans les zones rurales est passé de 14% en 1994 à 91% à fin 2010. Par ailleurs, le chef de gouvernement a relevé que la protection des zones forestières constitue une priorité dans le développement, vu le recul inquiétant enregistré au cours des dernières années, dans les superficies forestières.

Pour faire face aux menaces sur l’environnement et réduire la facture énergétique, une stratégie nationale de l’énergie a été adoptée pour le développement des énergies renouvelables afin d’atteindre 42% de la puissance énergétique et 20% de la demande nationale d’électricité d’ici 2020, a-t-il conclut.

Mohamed Badrane

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

kabylesnet |
John Cena |
RCD-TIMIZART |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une plume et de l'encre
| Actualités du Maroc et du m...
| Burkina