navigation

Quand le chef du gouvernement demande pardon au Souverain 12 août, 2012

Posté par zenatanews dans : Actualités nationales , trackback
Quand le chef du gouvernement demande pardon au Souverain
Un glissement de sens, une simple faute, une erreur et après c’est la chute libre vers la bourde. Le parcours discursif du chef du gouvernement Abdel-Ilah Benkirane ressemble trop à ce crescendo. Tout était pardonnable, tant que ce sont les médias et l’opposition et même l’opinion publique qui réagissent à ses dires jugés souvent «trop populistes et indignes d’un premier ministre».  Avec le stade de la bourde, c’est devenu inadmissible, sinon insupportable. Ses sorties médiatiques se multipliaient et il fallait bien que Benkirane commette l’impardonnable. Cette fois, il monte au-devant de la scène via un communiqué officiel dans lequel il s’excuse et demande pardon auprès du Souverain Mohammed VI et de « ses conseillers respectueux ».
Ses propos accordés à un journal de la place dans lesquels il affirme que les ponts de communication entre lui et les conseillers du Roi sont presque inexistants, ont, bel et bien, ranimé le volcan qu’on croyait éteint. Il avait beau camoufler ses rapports conflictuels avec l’entourage Royal par des déclarations de bonne volonté et de bonne intention. En vain. La situation ne s’est pas améliorée.
Avec ses adversaires, voire ses ennemis d’hier, il voulait la paix. Ses menaces itératives faisant savoir à qui voulait l’entendre que le « Printemps arabe » n’est pas encore à sa fin, n’avaient qu’un sens politique. Une réplique à ceux-là qu’il appelle même les poches de résistance. Dans son bras de fer, il vient de perdre une manche majeure. Le match n’est qu’à ses débuts, plusieurs surprises sont à prévoir. A suivre …

Mustapha Elouizi

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

kabylesnet |
John Cena |
RCD-TIMIZART |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une plume et de l'encre
| Actualités du Maroc et du m...
| Burkina