navigation

Rocade méditerranéenne, le symbole des années fastes du Nord 12 août, 2012

Posté par zenatanews dans : Economie , trackback

C’est fait. Désormais, on peut voyager de Tanger à Saïdia en 7 heures environ, au lieu de 11 heures actuellement. Une précieuse économie de temps rendue possible grâce à l’achèvement de la rocade méditerranéenne, sur 560 km de long.

SM-LE-ROI-Tetouan1.jpg

Justement, c’est à la recherche du temps perdu dans le développement du nord du pays que les pouvoirs publics se sont attelés au cours des dernières années, dans une course contre-la-montre, tellement les déficits étaient patents, nécessitant la mobilisation des gros moyens, d’énormes sacrifices et la promotion de politiques novatrices. En un mot, il fallait passer à la vitesse supérieure. Ce qui fut fait particulièrement durant la dernière décade.

Avec l’inauguration par SM le Roi Mohammed VI, que Dieu l’assiste, samedi à Oued Laou, le Maroc aura achevé la réalisation de l’une des plus grandes infrastructures routières

D’une longueur de 507 Km et d’un coût de réalisation global de 7,2 MMDH, la rocade méditerranéenne a été construite pour favoriser la croissance économique dans les provinces du nord du , améliorer les conditions de de près de trois millions d’habitants, ainsi que du niveau de la sécurité routière et pour promouvoir l’intégration des centres urbains traversés par cette rocade.

En termes de chiffres, la rocade méditerranéenne permettra de relier au réseau routier marocain, 3 régions, 9 provinces et préfectures, huit villes et 44 communes rurales, ainsi que plusieurs centres touristiques situés sur les 200 km du littoral méditerranéen.

Une stratégie qui s’est avérée fructueuse au fil du temps. L’idée motrice était que la région avait besoin d’une attention spéciale pour l’aider à revaloriser ses potentialités et trouver ses marques dans l’opération de modernisation et de mise à niveau globale. Le message était clair : le Nord est au cœur du processus du développement national.

Les résultats commencent, en effet, à se ressentir sur tous les plans, tant du point de vue de l’essor économique que de l’amélioration des indicateurs de développement humain. Il suffit de se déplacer dans la région pour constater de visu que le Nord s’est complètement métamorphosé, se rapprochant de plus en plus des standards de son environnement immédiat, bien entendu européen.

Construction de routes, approvisionnement en eau potable, électrification du monde rural, aménagement urbanistique, stimulation de la pêche, boom immobilier, une activité touristique en plein épanouissement, autant de secteurs vitaux pour la population ou porteurs pour l’économie locale ayant bénéficié du soutien direct ou indirect de l’État.

La rocade routière longeant la Méditerranée, dont le dernier tronçon reliant Jebha à Tétouan sur 120 km a été inauguré samedi par S.M. le Roi Mohammed VI, symbolise l’efficience de la vision de développement tracée pour les provinces du Nord, qui présentent des déséquilibres en matière d’aménagement du territoire.

En plus concret, ce gigantesque projet pourrait générer près de 80 000 lits, 50 000 emplois directs et environ 200 000 indirects. En outre, permettra-t-il de booster l’économie de la mer en ouvrant de nouvelles débouchées à travers un système approprié de commercialisation et de distribution des produits halieutiques, ce qui va offrir aux populations des perspectives plus prometteuses de promotion sociale.

Reliant Tanger à Saïdia en passant par Ksar Seghir, Fnideq, Tétouan, Jebha, Al Hoceima, Nador et Kebdana, la rocade aidera à l’émergence de nouveaux centres urbains, favorisant ainsi la concentration de la population dans de petits noyaux sur le bord de la route, somme toute nécessaire à la dynamisation de l’activité commerciale, au réseautage économique des communes voisines et à la création d’opportunités d’emploi. Le tourisme en tirera également profit, puisqu’elle desservira plus de 200 km de plages, de baies et de sites montagneux d’une valeur touristique inestimable.

Après le port Tanger-Med, promu à un avenir des plus radieux, la rocade méditerranéenne est un autre pilier fondamental qui vient conforter la vision de l’État qui considère les provinces du Nord comme le premier rempart pour immuniser l’économie nationale et pouvoir relever le défi de la concurrence.

Certes, l’impact des projets structurants de cette envergure ne peut pas être ressenti sur le coup, mais leur effet est garanti sur le long terme, comme l’ont manifestement démontré les transformations brutales de ces dernières années, avec la crise économique sans précédent frappant le vieux continent.

En se dotant d’une infrastructure routière, portuaire et industrielle performante, le Maroc se pose comme une alternative pour les opérateurs en quête d’une plus grande sécurité pour leurs placements. Proximité géographique de l’Europe aidant, le nord du Royaume pourrait être la destination la mieux recommandée.

Publié le : 12 Août 2012 – Jamal Chibli (MAP), LE MATIN / Zenata News

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

kabylesnet |
John Cena |
RCD-TIMIZART |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une plume et de l'encre
| Actualités du Maroc et du m...
| Burkina