navigation

Laâyoune : Les infrastructures sanitaires se renforcent 29 août, 2012

Posté par zenatanews dans : Actualités nationales , trackback
Laâyoune : Les infrastructures sanitaires se renforcent

De nouvelles infrastructures sanitaires ont été inaugurées récemment à Laâyoune…

 Le wali de la région Laâyoune-Boujdour-Sakia El-Hamra a procédé, à l’occasion de la commémoration du 59ème anniversaire de la Révolution du Roi et du peuple et du 49ème anniversaire de la fête de la Jeunesse, à l’ouverture d’un nouveau centre de dépistage de la tuberculose et des infections sexuellement transmissibles pour un montant de 1,6 million DH, et d’une unité pharmaceutique au sein de l’hôpital Moulay Hassan Ben El Mehdi au quartier Massira (un million DH). Ces unités vont élargir les prestations médicales dans cette région, dont le secteur de la santé a été l’une des premières préoccupations des autorités publiques et collectivités locales, qui ont octroyé depuis 1976 une partie considérable de leur budget pour renforcer ce secteur prioritaire, et qui ne comptait que 2 médecins et 114 lits. Le réseau hospitalier au niveau de cette région totalise 425 lits. Le nombre des médecins dans la province s’élève à 93, dont 43 spécialistes, tandis que les infirmiers sont au nombre de 430.
Créé en 1985, le Centre hospitalier Ben El Mehdi est le plus grand établissement sanitaire dans cette région et assure 245 lits. Le centre dispose en effet d’une cinquantaine de médecins dans 29 spécialités, ainsi qu’un staff de plus de 200 entre infirmiers et agents administratifs. Alors que l’hôpital des spécialités, Hassan II, présente des services dans les domaines du diagnostic, du traitement, de la prévention et la promotion sanitaire et assure 144 lits. La ville dispose d’un hôpital militaire, huit centres de soins, huit centres médicaux, deux unités d’accouchement et un centre de diagnostic de la tuberculose et des maladies respiratoires
Cette province dispose également d’un laboratoire régional d’épidémiologie, d’un centre régional de transfusion sanguine, d’un centre de référence, d’un Institut de formation aux carrières de santé (IFCS) et d’un laboratoire pour diagnostiquer le paludisme. Alors que l’infrastructure sanitaire privée est principalement localisée en milieu urbain. Et pour rappel, le nombre des bénéficiaires du Régime d’assistance médicale des économiquement démunis (RAMED) dans la région de Laâyoune-Boujdour-Sakia El-Hamra se chiffre actuellement à plus de 40 mille personnes. Ce Régime profitera, à l’échelle de la région, à 8 mille personnes en situation de pauvreté, et à 32,914 mille personnes en situation de vulnérabilité.

Mohamed Laabid

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

kabylesnet |
John Cena |
RCD-TIMIZART |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une plume et de l'encre
| Actualités du Maroc et du m...
| Burkina