navigation

Boujdour : La pêche maritime, pilier de l’économie locale 31 août, 2012

Posté par zenatanews dans : Actualités nationales , trackback
Boujdour : La pêche maritime, pilier  de l’économie locale

Le secteur de la pêche maritime est considéré comme la locomotive du développement économique et social de la province de Boujdour, grâce à ses côtes atlantiques (275 Km) qui recèlent une richesse halieutique considérable, et à la mise en place des infrastructures portuaires adéquates. Les activités liées au secteur de pêche ont contribué à la création d’un nombre considérable d’emplois directs et indirects. Cette province compte à elle seule 6000 pêcheurs et 1907 barques.

Dès la récupération par le Royaume du Maroc de ses provinces du Sud, la volonté d’ériger le secteur des pêches maritimes en tant qu’axe stratégique de développement économique et social de la région s’est concrétisée par la réalisation d’investissements spécialisés tant par le secteur privé pour la flotte de pêche et les industries de valorisation, que le secteur public pour les infrastructures d’accueil et d’encadrement.

En 1976, la province de Boujdour était dépourvue de toute installation portuaire significative. Actuellement, la province dispose d’un petit port traditionnel réservé à la pêche artisanale dont les équipements disponibles sont : digue abri d’une longueur de 386 M, une halle aux poissons.  La province dispose également de 4 points de débarquement aménagés: Acti lghazi, Cap 7, Labair et Lacraa. La ville de Boujdour connaît aussi la réalisation d’un nouveau port pour une enveloppe de 280 millions DH. Ce projet porte sur la construction d’une digue principale longue de 724 mètres, d’une barrière de protection de 260 mètres et de deux quais équipés. Il doit sa réalisation à un partenariat entre l’Agence de la promotion et du développement des provinces du Sud et le ministère de l’équipement et du transport. Il porte aussi sur la construction des plates-formes flottantes longues de 180 mètres pour l’embarquement des barques de pêche, un espace d’entretien pour ces barques, une route d’accès au port d’une longueur de 330 m, en plus des travaux de raccordements aux réseaux d’eau, d’électricité, de téléphone et d’assainissement.

Ce nouveau port verra la réalisation d’une nouvelle zone industrielle pour un coût global de 80 MDH, cette zone industrielle bénéficiera des opportunités offertes par sa proximité du port de Boujdour, notamment, l’accès privilégié aux ressources halieutiques de la région et permettra la génération de plus de 600 MDH d’investissement privé et la création de 3.000 emplois.

Mohamed Laabid

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

kabylesnet |
John Cena |
RCD-TIMIZART |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une plume et de l'encre
| Actualités du Maroc et du m...
| Burkina