navigation

L’Boulevard en panne sèche 1 septembre, 2012

Posté par zenatanews dans : Culture , trackback
L’Boulevard en panne sèche

«On a tout essayé pour maintenir le festival. C’est dramatique pour la culture locale. Le plus désolant, c’est que cela arrive dans la capitale économique du pays», déclare avec amertume, Mohamed Merhari, alias Momo, fondateur du festival L’Boulevard

LES Casablancais n’ont vraiment pas de chance. Privés de festival cet été, c’est au tour des L’Bouvelard Festival et Tremplin  d’annuler  leur   édition   2012.

Programmés habituellement en juin, les deux manifestations culturelles avaient été reportées à septembre «pour boucler les négociations avec les sponsors». Celles-ci ont échoué obligeant l’association EAC L’Boulevart  à renvoyer l’organisation de la douzième édition de «L’Boulevard Festival» et de la quatorzième de «Tremplin L’Boulevard, à 2013… Une nouvelle qui consterne les fans de musiques urbaines, de hip hop, rock métal et de fusion. Déjà l’an dernier, ils avaient été privés du L’Boulevard Festival, par manque de moyens. Seul le Tremplin, compétition de jeunes formations musicales, avait été maintenu.

Cette année, jusqu’au bout, les organisateurs y ont cru. Les dates de la 14ème compétition Tremplin L’Boulevard et 12ème édition de L’Boulevard Festival, avaient été fixées respectivement, du 7 au 9 septembre et du 13 au 16 septembre 2012 au stade du COC.  Mais, ils ont dû jeter l’éponge n’ayant pas pu réunir les 5 millions de DH nécessaires à l’organisation de ces rendez-vous culturels. «On n’a pas réussi à boucler le budget. On ne bénéficie d’aucune subvention de la ville», explique Mohamed Merhari, alias Momo, co-fondateur du festival avec Hicham Bahou.

Un festival, créé en 1999, qui est devenu au fil des années une référence nationale et internationale. Les groupes Fnaïre, H-Kayne, Bigg etc.

y ont été révélés.

L’ennui, c’est que Casablanca n’est pas la seule région concernée par ces «hémorragies culturelles». En effet, selon nos informations, le Moonfest de Lalla Takerkoust et le festival de Safi sont également annulés pour raisons budgétaires.

Dans le monde de la culture, l’inquiétude est grandissante. «Nos élus ne s’intéressent pas du tout à la culture», lance Momo.

Conscients du vide culturel que provoque le report du L’Boulevard, les organisateurs annoncent le maintien de quelques concerts (voir programme en page 32). Momo déclare aussi que les activités de l’association continuent. Notamment les concerts, les résidences d’artistes et la formation des artistes. L’EAC L’Boulevart va également se concentrer, à finaliser, son projet de studio d’enregistrement et de web  radio.

leconomiste

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

kabylesnet |
John Cena |
RCD-TIMIZART |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une plume et de l'encre
| Actualités du Maroc et du m...
| Burkina