navigation

Le destin brisé de la jeune Safaa, mère à 14 ans 3 septembre, 2012

Posté par zenatanews dans : Actualités nationales , trackback
Après le drame « Amina », la tragédie « Safaa » | Archive

Après le drame "Amina", la tragédie "Safaa"

Safaa, 14 ans, violée et mère célibataire d’un bébé de quelques semaines à Tanger ne sait pas quoi faire. Son agresseur dit l’avoir épousée, la justice en 1ere instance lui a donné raison…

« C’est de l’injustice », s’écrie un membre de la section de l’AMDH (association marocaine des droits humains) de Tanger quand on lui a posé la question sur ce qui est désormais appelé l’affaire Safaa. Cette fillette d’à peine quatorze ans a été selon les dires de sa famille « emmenée de force par un jeune à bord de sa voiture jusqu’à la sortie de la ville, en pleine forêt où Safaa a été brutalisée, violée, dépucelée et laissée évanouie. »

Retrouvée après des heures de recherches, sa mère a vite fait le constat du viol dont a été victime sa fille. Revenue à elle, cette dernière a raconté ce qu’elle a enduré à sa mère et nommé le coupable. Ce dernier nie tout lien avec la mésaventure de Safaa.

L’affaire commence à devenir encore plus sérieuse quand la petite a su qu’elle était enceinte. Plainte a alors été déposée contre le violeur. Safaa est depuis début août mère d’une fillette dont le père présumé refuse de reconnaître. Devant le tribunal de première instance de Tanger, il a prétendu avoir accompli les formalités coutumières du mariage avec Safaa et qu’en aucun cas il ne peut être accusé d’agression sexuelle. Son père lui dit avoir versé la dot de 5000 Dh à la famille. Où est le problème donc?

Contacté par nos soins, la maman de Safaa sous le choc considère que le jugement déculpabilisant l’agresseur de sa fille est injuste et compte sur la mobilisation des ONG et de l’opinion publique locale et nationale pour rétablir Safaa, sa fille et sa famille dans leurs droits. D’ailleurs, un collectif d’associations locales considère la décision de la justice incompréhensible du moment que l’âge légal du mariage de Safaa n’est pas atteint et qu’on ne peut pas corriger un crime par une décision injuste.

A partir de ce 3 septembre, ce collectif d’ONG en plus de l’AMDH devait entamer des séries de réunions pour arrêter les mesures à prendre pour défendre la petite Safaa.

Said Belhassan

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

kabylesnet |
John Cena |
RCD-TIMIZART |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une plume et de l'encre
| Actualités du Maroc et du m...
| Burkina