navigation

Afrique subsaharienne : Une région à fort potentiel longtemps marginalisée par le Maroc

Evolution des échanges commerciaux entre le Maroc et l'Afrique subsaharienne

Evolution des échanges commerciaux entre le Maroc et l’Afrique subsaharienne
AgrandirConscient de l’importance du marché africain subsaharien en termes stratégique, économique et commercial, le Maroc s’est engagé cette dernière décennie dans la voie du renforcement de ses relations avec les pays de cette région.
Les échanges commerciaux entre le Maroc et l’Afrique subsaharienne ont atteint 11,7 milliards de dirhams (MMDH), en 2010, contre 3,6 MMDH en 2000, soit trois fois plus en une décennie. Cependant, un fort potentiel existe puisque cette région ne représente que 2,6% de l’ensemble des échanges commerciaux du Maroc.

Accélération de nos exportations vers l’Afrique subsaharienne

Les exportations marocaines sont passées de 5,8 MMDH en 2000 pour atteindre 7,2 MMDH en 2010. Les importations en provenance de cette région ont augmenté de 2,4 MMDH sur la même période pour s’établir à 4,5 MMDH en 2010. Le solde commercial est devenu, ainsi, excédentaire (+2,7 MMDH en 2010 après un déficit de 0,7 MMDH au début de la décennie).

Les importations marocaines : 4,5 MMDH

Les importations marocaines provenant de l’Afrique subsaharienne ont plus que doublé entre 2000 et 2010, passant de 2,1 à 4,5 milliards de dirhams.

Sur le plan géographique, l’Afrique du Sud est de loin le premier pays d’Afrique subsaharienne fournisseur de biens pour le Maroc. Il a contribué à plus de la moitié de ces acquisitions (51,8%), soit 1,1 MMDH en 2010. Le reste des importations est concentré sur les pays de la région de l’ouest, parmi lesquels on retrouve le Gabon avec 7,8% des importations totales du Maroc, le Nigeria (7,3%) et la Côte d’Ivoire (4,6%).

Par principaux produits, on remarque la domination des “combustibles minéraux, huiles minérales” qui représentent plus de la moitié des importations globales. Ils sont suivis par “la fonte, fer et acier” (5%) et les “bois, charbon de bois et ouvrages en bois” (3,7%).

Les exportations marocaines vers l’Afrique subsaharienne : 7,2 MMDH

Les exportations vers l’Afrique subsaharienne ont enregistré une progression continue, passant de 2,1 MMDH en 2000 à 7,2 MMDH en 2010.

Au cours de cette dernière décennie, le Maroc a exporté surtout vers le Sénégal, la Mauritanie, la Côte d’Ivoire, la Guinée équatoriale et le Nigeria. Ces cinq pays absorbent 41% du total des exportations marocaines vers cette région.

L’examen par groupe de produits en 2010 fait ressortir l’importante part des produits alimentaires (37%), suivie par les produits chimiques ainsi que les machines et matériels de transport qui représentent respectivement 20% et 21% du total des exportations marocaines vers l’Afrique subsaharienne.

Pourquoi cette faiblesse des échanges commerciaux?

Malgré une amélioration des relations commerciales entre le Maroc et l’Afrique subsaharienne au cours des dernières années, elles demeurent faibles compte tenu des ressources existantes et du potentiel de développement du commerce entre les deux parties.

Cette faiblesse des échanges peut être attribuée à plusieurs facteurs, notamment un cadre régissant les échanges commerciaux avec certains pays africains qui reste incomplet, des coûts de transport exorbitants et des délais de livraison assez lents, un manque des produits d’assurance à l’exportation dans la plupart des pays d’Afrique subsaharienne à cause de l’instabilité politique dans ces pays et finalement des réglementations douanières coûteuses et lentes à cause de l’absence ou du caractère archaïque des technologies de l’information et de la communication.

Actions du Maroc pour y remédier

Le renforcement de la coopération entre le Maroc et l’Afrique subsaharienne constitue un volet important dans la politique extérieure marocaine.

480 accords

Le Maroc a ainsi annulé la totalité de la dette des pays africains les moins avancés et a ouvert ses frontières aux produits d’exportation de ces pays. En effet, le Royaume a établi des relations de coopération avec une quarantaine de pays, régies par un cadre juridique comprenant près de 480 accords, conventions et protocoles.

La CGEM réagit

Afin de faire connaître les spécificités du marché de l’Afrique subsaharienne aux producteurs nationaux, une structure dédiée à ces marchés, “la Commission Afrique” a été mise en place au sein de la CGEM. Elle assure la diffusion d’informations relatives à ces marchés auprès du secteur privé et organise des missions d’hommes d’affaires vers ces pays.

Facilités d’investissements

Le Maroc a relevé, en décembre 2010, le montant transférable au titre des investissements à l’étranger à un plafond de 100 millions de dirhams pour l’Afrique et de 50 millions de dirhams pour les autres continents. D’un autre côté, un fond de 200 millions de dirhams a été créé afin de renforcer la présence des opérateurs privés marocains sur le marché africain.

A noter également que l’ouverture des lignes aériennes vers des pays d’Afrique subsaharienne par la Royal Air Maroc et l’implantation de filiales bancaires d’AttijariWafabank et de BMCE Bank ont été des facteurs encourageants pour les opérateurs privés marocains pour renforcer la présence marocaine dans cette région.

Ahmed Zeriouh

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

kabylesnet |
John Cena |
RCD-TIMIZART |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une plume et de l'encre
| Actualités du Maroc et du m...
| Burkina