navigation

Casablanca et ses jardins

Casablanca et ses jardins Pas d’argent, pas d’élus, pas de vision...

Un vrai cafouillage autour du marché relatif à la réhabilitation du jardin Palestine. La commune urbaine prétend qu’il n’a pas été attribué. Pourtant, un panneau à l’entrée du parc affiche clairement le nom de la société adjudicataire «Sky Equipement». Que cachent ces contradictions?

Casablanca et ses jardins p19b_20CASABLANCA non seulement manque d’espaces verts, mais maltraite l’existant! Situé au quartier Belvédère entre les rues de Charleville, de la Pyramide, Peronne et Amr Bnou Al Aala, le jardin Palestine est aujourd’hui délabré et négligé, au point que la plupart des Casablancais ne le reconnaissent plus. Il était pourtant l’un des plus attrayants de la métropole.

Le 30 mai 2006, le Roi visite ce parc et y inaugure un centre d’accompagnement post-carcéral, pour la réinsertion socioprofessionnelle des ex-détenus.

En cette date, le jardin Palestine était relativement en bon état. Du moins, un peu de verdure subsistait dans ce site qui fait partie des parcs historiques de la ville avec celui de la Ligue arabe ou encore du parc Murdoch. Entretemps, la gabegie de la gestion communale est encore passée par là. Le Jardin n’est plus aujourd’hui qu’un dépotoir de plus dans la ville, avec ses chaussées défoncées, ses bancs, toboggans et autres poteaux déglingués et beaucoup de poussières.

p19_165Le parc continue, malgré tout, d’accueillir le week-end quelques visiteurs en manque de lieux de loisirs. Si le parc préfectoral de Aïn Sebaâ (8 ha), ceux de l’Hermitage (17 ha) et de Aïn Chock (4 ha) ont été rénovés l’an passé, les autres jardins et espaces verts de la ville sont dans un état de délabrement avancé. «Le Conseil de la ville de Casablanca, qui gère au total 360 hectares de verdure, planche sur plusieurs projets de rénovation», indique un responsable à la commune. La réhabilitation du jardin Palestine figure dans la liste (voir aussi L’Economiste édition n° 3385 du 18/10/2010).

Un appel d’offres avait été lancé fin 2010 et a débouché sur l’attribution du marché de réfection, d’aménagement et d’équipement du parc à la société Sky Equipement. Depuis, seul un mur de clôture (en fait une simple grille métallique) a été construit. Aucun aménagement n’a été réalisé par l’adjudicataire. De source proche du dossier, l’étude préalable aux travaux de réhabilitation est pourtant complètement achevée, mais aucun budget n’est planifié pour leur réalisation.

Contacté par L’Economiste, le management de Sky Equipement a affirmé qu’il est sorti du marché en question. Toutefois, aucune explication sur le pourquoi de ce retrait ne nous a été fournie, ni par la société, ni par la commune. Cette dernière a même infirmé l’attribution de ce marché en 2010. Pourtant un panneau, suspendu à l’entrée du parc, affiche clairement le nom de la société «Sky Equipement». «Nous avons juste oublié d’enlever ce panneau. C’est une erreur seulement !», est-il indiqué auprès de la société.

C’est, donc, dire à quel point l’affaire de ce parc n’est pas claire. L’adjudicataire n’aurait pas été payé, avance-t-on. L’on dit aussi que l’arrêt du chantier aurait été décidé suite à un problème de financement. Pourtant la commune urbaine de Casablanca affecte, chaque année, environ 37 millions de DH à la maintenance, l’entretien et l’équipement de la ville en espaces verts.

Bouchra SABIB

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

kabylesnet |
John Cena |
RCD-TIMIZART |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une plume et de l'encre
| Actualités du Maroc et du m...
| Burkina