navigation

Football / sélections nationales : Gerets et Verbeek, même combat dans la médiocrité

Les deux sélectionneurs des équipes A et olympique sont imperturbables. Malgré des résultats catastrophiques, ils sont décidés à aller au bout de leurs contrats respectifs. Le public marocain devra prendre son mal en patience en attendant la réaction de la FRMF.

#

Éric Gerets signe et persiste. Au lendemain de l’élimination du Onze national au premier tour de la Coupe d’Afrique des Nations 2012, le technicien belge avait déclaré lors d’une conférence de presse qu’il ne démissionnerait pas et qu’il irait au bout de son contrat qui ne prendra fin qu’en 2014. Il a d’ailleurs enchaîné avec les locaux lors du tournoi international arabe qui s’était déroulé en Arabie saoudite et qui a été remporté par les Lions de l’Atlas. Un des rares succès d’Éric Gerets à la tête d’une sélection nationale. Mais ce n’était qu’un simple répit, presqu’un leurre, car en match amical, le sélectionneur est encore une fois retombé dans ses travers, avec une nouvelle défaite face à la Guinée Conakry.

Devant les caméras et les représentants des médias, il a maintenu, sans pudeur, son intention de rester à la tête des Lions. Et pourtant, il a été fortement conspué par le public présent à Rabat pour ce match. Il n’a pas eu l’air impressionné par le tohu-bohu qu’il est en train de susciter, alors que tout autre entraîneur aurait rendu le tablier et quitté la scène sur la pointe des pieds. Difficile de comprendre un tel comportement, sinon qu’il attend qu’on lui signifie que son contrat est rompu. Avec les conséquences que cela induit.

Démêlés avec Kharja
La même situation est valable pour Pim Verbeek, le sélectionneur de l’équipe nationale olympique qui s’est planté à Londres aux JO. Il a effectué un parcours chaotique avec des résultats qui ne font pas honneur au Maroc et c’est sans vergogne qu’il a décidé de rester pour, paraît-il, mettre de l’ordre au sein de la direction technique. Il a éloigné un coach national, Mohamed Ouarga, pour le remplacer par son frère, Robert Verbeek. Il a eu des démêles avec le capitaine Houcine Kharja, ainsi qu’avec d’autres joueurs qui se sont solidarisés avec le capitaine des Lions et bon nombre de fonctionnaires de la fédération.
Le technicien hollandais s’apprête, dit-on, à effectuer une purge au sein des équipes nationales et c’est Hassan Benabicha, l’entraîneur des juniors qui est dans son collimateur, malgré ses bons résultats. Lui aussi, il attend certainement qu’on lui montre le chemin de la porte, et là aussi, il risque de bénéficier d’un gros chèque.

Abdeslam Bilali, LE MATIN

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

kabylesnet |
John Cena |
RCD-TIMIZART |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une plume et de l'encre
| Actualités du Maroc et du m...
| Burkina